Place Marie-France Bouquet
  Accueil    Sommaire    Le village    La mairie    Les manifestations    Infos diverses    Archives du site  
  L'histoire locale    l'activité commerciale    Le lac du Der     La météo du Der    Liens    Contact Mairie  
- Voir les nouveautés de 2022 dans "Dernuers articles publiés"...
:
RECHERCHER
 

La généalogie des seigneurs d’Arrigny.



par Jean Yves Loppin



Enregistrer au format PDF :Version Pdf


Version imprimable de cet article Version imprimable **





Arrigny les Petites Côtes …Pourquoi les "Petites-Côtes ? » Parce que, à quatre lieues et demie de Vitry, au midy, le sieur de Saint-Privé est "à part" dans la seigneurie de cette terre pour 1/7ème.

Le sieur de Saint-Privé ? qui était-il ou plutôt qui étaient-ils ? La réponse de trouve en partie dans leur généalogie ci-dessous.




Sur une pierre de schiste noir qui se trouve dans l’église Saint Maurice d’Arrigny, est gravée l’épitaphe de Maitre Louis de Saint Prive chevalier seigneur d’Arrigny décédé le 30 mai 1664. cette dalle a été pour moi le départ pour démarrer une généalogie des seigneurs d’Arrigny. Il convient de constater que le "vieux français" est encore à déchiffrer

Ci devant git Mre Louis de Saint Privé vivant chevalier seigneur de Richebourg d’Arigny les petites cotes et des fiefs du colombier de Hauchant et de Courtenay capitaine d’une compagnie de cavaliers au régiment de Paleicau décédé au dit Arigny le 30 may 1664 fils ainé de :
Mre Edme de St Privé chevalier seigneur des dits lieux et de damoiselle Bonne de l’Advocat et qui avait pour Ayeuls Messire Jean de Saint Privé Chevalier Seigneur du dit Arigny et Les Petites Costes et D’auzon et Dame Catherine de Richebourg et pour Bisayeuls :
Mre Marc de Saint Privé Chevalier Seigneur du dit Arigny et de dame Nicole de Christon et pour Trisayeuls :
Mre Arnoult de Saint Privé Seigneur du dit Arigny Goncourt Norois Escriennes donateur des usages d’Arigny et dame Catherine de Florainville et pour quadryaeuls :
Mre Charles de Saint Privé Chevalier Seigneur du dit Arigny Le Plaisy Goncour Escrienne Cloyes et Norois et Dame Colette Dalaumont et sur toutes lesquelles seigneuries il a assigné son legs de 24 septiers de rente à l’Abbaye de Mosel,
ainsi que du tout il apparut dans l’arrêt rendu à Châalons le 23 juillet 1667 Mre Louis François le Febvre de Caumartin chevalier conseiller du Roy en les conseils intendant de Champagne obtenu par Dame Marguerite de Moreau veuve du dit feu seigneur Louis de Saint Privé portant confirmation dans les privilèges de noblesse tant pour elle que pour ses enfants François Mathieu Charles Louis Henry Edme Marie Marguerite Anne Magdelaine Louise et Geneviève de St Privé tous douze enfants du dit défunt seigneur et de dame de Moreau qui a fait dresser le présent épitaphe honorant et chérissant la mémoire du dit défunt seigneur Louis de St Privé son mari qui veut être inhumée touchant son même tombeau afin de réunir leurs cendres dont les cœurs ont été inséparables pendant leurs vies.
J ou F Humbert J


L’origine de la famille de Saint Privé est assez controversée car le généalogiste Lachesnaye-Desbois en situe l’origine en Champagne alors que l’Académie des Arts de Macon mentionne dans ses anales la présence de pierres tombales de membres de cette famille en Bourgogne bien antérieurement avant ceux cités par Lachesnaye-Desbois. La Bourgogne est la plus probable car j’ai au fil de mes recherches, retrouvé les noms d’illustres capitaines de noblesse bourguignonne qui étaient au service des Ducs et Duchesses de Bourgogne. Il figure en tête de la généalogie. Pour autant je n’ai pas pu établir de filiation avec Charles de Saint Privé, le premier connu en Champagne.
Charles de Saint Privé (1430-1490) sera le premier membre de cette famille à racheter des terres dans la seigneurie d’Arrigny.

Nous pouvons trouver quelquefois le nom de Saint Privé sous le nom de Saint Priest. Il tirerai son origine de "Saint-Privat Evêque, martyr, patron de la ville et du diocèse de Mende. Le nom de Saint Privé en latin se décline sous la forme de Santo Privato pour désigner des nobles bourguignons de cette famille au 13ème et 14ème siècle que nous retrouvons dans des textes en vieux français.
A la même époque, des documents des archives départementales citent un Charles de Saint Privé, capitaine des Archers du Comté de Rethel qui dépendait du Duché de Bourgogne. Là encore je n’ai pu établir que ce Charles de Saint Privé là était le même que celui seigneur en partie d’Arrigny. La seule chose qui est sûr c’est qu’il vivait tous deux à la même époque.
C’est son fils Messire Arnoult de St Privé (seigneur de Goncourt) qui le 20 octobre 1496, donne par échange au seigneur André de Bermondes (son beau-frère et seigneur d’Arrigny) tout ce qui pouvait lui appartenir à Goncourt en la Motte (château), Basse cour, jardin contre échange de tout ce qui lui appartenait en la Seigneurie Motte et château d’Arrigny.


Le blason de la famille de Saint Privé



C’est à ce moment là que la famille de Saint Privé occupera la seigneurie d’Arrigny jusqu’au 11 août 1725 où Geneviève Marie de Saint Privé, fille de Henri de Saint Privé et Nicole Fourquot, lui-même fils de Louis de Saint Privé et Marguerite Moreau (cités tous deux sur la dalle funéraire), épouse Pierre Jacquinot de Chavanges, fils de Jean Jacquinot de Chavanges et Barbe du Rupt.


Le blason de la famille de de Jean Jacquinot de Chavanges


Entre temps, d’autres branches de la famille de Saint Privé se sont implantées au fil des mariages dans d’autres seigneuries de la Marne, de l’Aube, de l’Yonne et des Vosges (Voir généalogie).

Pierre Jacquinot de Chavanges et Geneviève Marie de Saint Privé n’auront qu’une fille vivante, Marie Françoise Géneviève de Chavanges qui épousera le 18 juillet 1747 Henri Nicolas de Bourlon, membre d’une famille noble et prestigieuse de la Meuse et de la Haute Marne. ainsi naîtra la branche des de Bourlon de Chavanges.


Le blason de la famille de Bourlon de Chavanges qui a largement inspiré l’actuel blason de la commune.



Le couple aura deux fils, dont l’ainé fut prêtre et Gilles Bernard de Bourlon de Chavanges, fils puisé, qui deviendra le dernier seigneur d’Arrigny et en 1808 le premier maire d’Arrigny.
En effet, Gilles Bernard de Bourlon de Chavanges et celle qui deviendra sa première épouse en 1788, Jeanne Françoise de Launay, eurent deux enfants, Adelaïde Joséphine née le 18 octobre 1789 dont nous décrirons le destin peu commun dans ce lien () et Alphonse de Bourlon de Chavanges né le 4 juin 1791 qui sera tour à tour aide de camp du mari de sa sœur le Maréchal d’Empire, Duc de Castiglione Pierre Augereau , héros du pont d’Arcole en 1797 pendant la première campagne d’Italie du Général Bonaparte et ensuite auteur collaboratif de pièces de théâtre. Il décédera à Paris le 23 septembre 1731.
Quand à Gilles Bernard de Bourlon, il vend sa maison, la ferme Saint-Jacques et ses terres et quittera ruiné Arrigny.
Il se remariera avec Anne Georgette GAILLIARD de CALÈVES et eût une fille Clémentine Françoise BOURLON de CHAVANGES (Une stèle se trouve derrière le chœur de l’église d’Arrigny où il est écrit : « Souvenir - A Mademoiselle de Chavanges, ses amis, regrets sincères. »

Gilles Bernard décédera à Arcis-sur-Aube le 28 septembre 1848 à l’âge de 82 ans.

titre documents joints